Le samedi 12 septembre, nous reprenons la route, direction le nord du Nouveau-Mexique : Chama ! (again & again & again for ever)

469

Nous empruntons l'assise d'Old Route 66, désormais super autoroute qui évite le centre de Santa Fe (où nous retournerons pas, y ayant été en 1989 et 1992.

470

 

 

Derrière ces montagnes  :

Santa Fe

 

 

 

Le Nouveau-Mexique nous surprend encore en déclinant une palette chatoyante de couleurs

NM colours 1

NM colours 2Rick et Sonia nous encore concocté une belle surprise, ECHO amphitheater, et comme son nom l'indique la roche nous répond, alors comme de grands gamins, nous nous sommes éclatés

483

NM Echo Amph 1

NM Echo Amph 2

485Après cet intermède, Sonia et Rick décident de partir directement à Chama pour l'office du matin, et nous nous y retrouverons à midi. Pour éviter de se perdre, car, bien sûr, notre devise de voyage (pas de GPS, pas de téléphone) ils nous ont passé un talkie walkie.

Quant à nous, direction Tierra Wools

Lors de notre précédent voyage au Colorado et donc à Chama (en 2014), Guy avait repéré une filature à Los Ojos, et après avoir pris des renseignements, regardé mon stock (de laine), ce que je comptais faire, il était évident qu'on ne pouvait pas l'éviter encore une fois, car, à moins de gagner au Loto, nous ne reviendrons pas de sitôt dans le coin.

NM Tierra Wools 1

501Me voilà donc parée pour un modèle que je tiens encore secret.

Nous avons été accueillis gentiment, avons dû droit à la visite de la filature, à l'explication sur la façon de travailler le plus naturellement possible, ce qui ne donne pas les teintes brillantes de la teinture chimique, qu'ils font aussi, bien sûr, car il faut contenter tout le monde. Que de merveilleux tapis, tissés par les hommes, contrairement à ce que je pensais, qui travaillent debout sur les métiers, ce qui rend la position plus ergonomique. Je m'y suis essayée , hum sur un rang, et cela me semble évident. Le troupeau leur appartient, mais tout ça est expliqué sur le site.

Du coup, j'y joins le square foot que j'ai fait cette année, en pensant à ce coin de terre. Le pourtour fait avec de la laine collée dont un brin provient de Tierra Wools.

015

"My heart belongs to New-Mexico" sur un air connu, car Sonia et Rick nous ont appris à découvrir et aimer ce "land of enchantment".

NM License-Plate

et vous allez voir, ça va continuer....

Lorsque nous avons quitté Tierra Wools, nous n'avons pas traîné sur la route, car nous étions juste dans les temps, et c'est là que je me suis aperçue que je n'avais plus mon talkie walkie. Demi tour, retour à Tierra Wools où le talkie walkie nous attendait sur le comptoir, car je l'avais fait tomber de la voiture. Ouf... mais du coup, nous serons en retard, et c'est alors que l'engin se met à sonner et que malgré les cours de Rick, je n'ai pu y répondre, mais ils avaient compris qu'on n'était pas loin... Pas évident d'épouser l'american way of life...

Il est temps pour nous d'aller nous restaurer, comme d'hab, le High Country nous sert de "stamp cafe" et nous quittons Rick et Sonia car finalement leur office se fait ce jour-là à Los Ojos, comme quoi !

Nous filons à notre Chama Station Inn

514

513

c'est bien la 5 ou 6ème fois que nous nous retrouvons dans ce sympathique petit motel face à la gare de Chama où l'ambiance des chambres est personnalisée, regardez bien les cadres.

502

503

Et pendant que l'homme court après les trains, moi, je shoppe, je marche le nez au vent, il fait beau, et je sens que mes bronches commencent à se guérir.

Chama chou fleurDe jolis potées à base de choux, et ce chou-là n'arrivera pas en potée ;)

Le nez en l'air, je suis tombée sur une scène western de tournage de film !

Chama trains

Chama High CountryOn est retourné au High Country pour y finir la soirée en compagnie d'une bière belge (américaine quand même).

Le lendemain, comme nous le fîmes l'année passée, nous allons suivre le CAT's

c'est bien en voyant ces monstres que je suis tombée en amour avec ces machines à vapeur et surtout de la région.

Pour les amateurs ;) et pour les autres aussi, bien sûr !

Chama cat's 1

Chama cat's 2Le train passe devant le ranch Dalton ! what'else !

Chama cat's 3ça monte pour arriver à Cumbres Pass,

Chama cat's 4Il faut souvent être patient pour avoir de bons shoots, et avec moi, c'est pas toujours gagné !

Nous étions au Nouveau-Mexique et pour suivre la ligne nous changeons d'état : vive le Colorado !

Chama cat's 5Le dernier passage à niveau avant d'attaquer la montée de Windy Point derrière laquelle se trouve la petite halte de Cumbres Pass (elev 10.022 pieds)

Chama cat's 6Après la montée, le train doit refaire eau...

Chama cat's 7Et c'est bien là que nous laisserons le train qui s'en va en direction d'Osier et de ses hirondelles et que nous continuons notre route en rebroussant chemin.

Chama cat's 8Pour toute sécurité, le train est toujours suivi d'une draisine pompier !

540 Un bel engin, non ?

et pendant ce temps, un gentil fou comme on les aime, a renconstitué à l'identique une des maisons faisant face à la gare.

Moyenn              e545

Chama a été, avec Albuquerque le point le plus éloigné de notre parcours, et à partir de là nous revenons vers l'est. A Tierra Amarilla, répertoriée comme ville fantôme, nous prenons la 64, route bénie pour les motards avec de jolis points de vue, notamment sur Hopewell Lake. Nous croisons la 285 qui remonte plein nord sur Alamosa (route que nous avons déjà faite il y a un bail), et là nous sommes à la recherche d'un château d'eau à l'abandon, car il y avait un chemin de fer qui rejoignait Tres Piedras à Antonito, où arrive également le Cumbres & Toltec.

Nous allions abandonner quand soudain, droit devant nous, et en contrebas de la 64 que nous allons continuer à suivre, il se dresse bien isolé ...

Chateau d'o Tres PiedrasAu passage, admirer la couleur des montagnes sous le soleil !

551

Nous reprenons la route, plein est, toujours la 64, 55 mph, direction les montagnes Sangre del Cristo et Taos, dans le Carson National Forest.

Jamais, dans mes rêves les plus fous, et j'en ai, je n'aurais pensé voir ce que j'avais déjà vu à la télé... Lorsque j'ai vu cette forme dans le désert, j'ai immédiatement dit à Guy "STOP"

552

553Avec des airs à la Gaudi, ce bâtiment est de toute beauté, vive les lignes non droites ! 

554Bien orientés, vers l'est où se lève le soleil, on peut remarquer que vers le sud et l'ouest, il n'y a que peu d'ouvertures... cqfd

556

Et voilà donc l'explication, il s'agit bien d'une initiative, prouvant qu'on peut recycler nos déchets et penser autrement les constructions... N'hésitez pas à passer du temps sur leur site... c'est ici

558Le côté du Visitor Center (payant)

 

559Tout peut devenir art, mais quid dans le futur ?

557Des maisons sont encore en construction.

560

 

561

A voir sur la route 64 qui mène à,ou qui vient de Taos  et à mettre en pratique de ce côté de l'océan !

AU PASSAGE, merci MICROSOFT de NE PAS AVERTIR pour les mises à jour : une heure et demie de travail sur la partie suivante à refaire..., malgré mes sauvegardes !!!!

Avant l'arrivée à Taos, nous enjambons le Rio Grande, dont nous avions été si près de la source en juillet 2014, via un magnifique ouvrage, qui n'est pas rappelé Gustave Eiffel, et voici donc le Rio Grande Brigde

Quelques metteurs en scène ont profité de ce magnifique ouvrage pour l'inclure dans leurs films.

C'est un endroit très courru, et très ventu ... (hum), quelques vendeurs en profitent pour essayer d'attirer le touriste.

562

DSC09365

Rio Grande bridge 1

Rio Grande bridge 2Le Rio Grande n'est qu'à 200 mètres plus bas, mais là-haut, le vertige se fait sentir, car l'infrastruture du pont bouge au passage des véhicules.

568

571

Le Rio Grande Canyon faut bien le détour, et pour nous, il était sur notre passage ! bien visé Ma Dalton ...

Nous arrivons enfin à Taos, que j'avais envie de visiter depuis... 25 ans. Car à cette époque, nous n'avions fait que la traverser en allant à Taos Pueblo, pour une fête indienne fin septembre 1989.

Nous filons prendre possession de notre chambre, puis, vite, vite, retour à Taos Downtown pour profiter au maximum pendant quelques heures de l'ambiance.

Première chose obligatoire, trouver un parking gratuit. Il n'y a pas beaucoup de touristes à cette période de l'année (mi-septembre), et nous n'avons guère de peine à trouver un parking qui nous mène via une ruelle à une splendide boutique. Même pas fait "en exprès" : on est tombé pile sur "Mooncat" La boutique de Cathy est de toute beauté, j'y ai vu des matières que je n'avais jamais imaginé exister ! Mes amies tricotines, allez faire un tour sur le site... Pendant ce temps, l'homme discutait avec le proprio, et lorsque nous sommes ressortis, nous avions une petite idée de l'endroit où nous irions diner avec live music.

Un petit tour de ville apéritif :

Taos downtown 1

Taos inside

Petit clin d'oeil pour une amie voyageuse...

L'art est partout, mais bien sûr, on ne photographie pas dans les galeries, ce n'est que normal, n'est-ce pas !

580

581

585

586

 Et là, sur cette place, qu'elle ne fut pas notre surprise de voir que l'antiquaire était français ! bien sûr quelques discussions intéressantes !

587

588

 Et pendant qu'un premier groupe jouait avant Hogan & Moss, à l'Adobe Bar nous prenions un repas un peu spécial : regarder la forme de la saucisse : oui, oui, il y a du serpent à l'intérieur, avec des légumes du jardin...et tout ça BIO. La saucisse était un peu sèche, mais d'aspect agréable au palais.

589

591Et pendant que Jon faisait des réglages, nous admirions l'endroit, qu'il ne faut pas rater en passant par là...

Je vais vous faire partager notre découverte

Hogan & Moss Adobe bar 2015 09 13

 

et quel hasard, demain, au même endroit, Jon Hogan & Maria Moss vous se retrouver là-bas.

 http://holdmyticket.com/event/246295

D'autre part, l'Adobe Bar fait partie de l'Historic Taos Inn, qui a un passé intéressant.

Nous sommes repartis vers notre motel, mais en cours de route, un stop au Walmart pour acheter du tissu local (hum) pour ma dernière tenture. Il était 22 h 30, et nous avons dû appeler quelqu'un pour faire la découpe du tissu. La personne qui est arrivée traînait des pieds, puis au fur et à mesure, comprenant que nous n'étions pas vraiment "locaux", elle s'est déridée, mais elle parlait à peine anglais, elle était bolivienne... encore une belle rencontre.

C'était donc une longue et belle journée et pour ne pas vous lasser davantage, je continuerai un prochain post : et là nous serons vraiment sur la route 66.

A bientôt

Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser vos commentaires...